Réseau Hortus – une oasis de biodiversité dans votre jardin

Il y a tant de mauvaises nouvelles ces derniers temps qu’il y a de quoi désespérer. C’est pourquoi nous sommes extrêmement heureux de vous partager cette initiative alsacienne pleine d’espoir et d’émerveillement : il s’agit d’Hymnenoptera, un jardin pédagogique situé en Alsace et animé par Sébastien Heim. Le but de ce jardin est de reconstituer autant de biodiversité que possible, que ce soit en terme de milieux, de végétaux et d’insectes. Prenez donc le temps de regarder attentivement cette vidéo pour vous rendre compte par vous-même.

Le fait est que Sébastien Heim, fort de ses connaissances entomologistes, expose une méthodologie solide et détaillée qui fait que chacun de nous qui possède un bout de jardin pourrait reconstituer une oasis de biodiversité au milieu des déserts pavillonnaires péri-urbains actuels. Mieux encore, chacun de nous peut diffuser ce film auprès de nos collectivités et de nos voisins pour diffuser cette méthodologie. Chaque terrain vague, chaque remblai, chaque bas-côté, chaque friche, chaque milieu humide est d’ores et déjà un refuge de biodiversité qui peut être optimisé, valorisé. C’est d’ailleurs la mission que s’est donnée le réseau Hortus auquel Heim appartient.

Au niveau des particuliers, un jardin de biodiversité Hortus est construit ainsi :
– découpage en trois zones, zone tampon (haies), hotspot (sauvage), production (potager)
– tonte sélective et différée
– installation d’abris pour la faune (tas de branchages, de pierres, troncs, hotels à insectes, nids, marres, etc…)

Cette philosophie repose sur trois piliers : utile, économique, esthétique. Utile car nous avons un besoin vital de biodiversité. Économique car moins d’entretien, moins de pétrole gaspillé, toute la matière est valorisée plutôt que d’encombrer les déchetteries et d’alourdir nos impôts locaux. Et enfin esthétique, car c’est l’émerveillement face à l’élégance aérienne d’une graminée dans la rosée du matin, les couleurs d’un tabac d’Espagne ou la danse du moro sphynx. On pourrait encore rajouter pédagogique, instructif, vivant. Pour plus d’explications, vous trouverez de nombreuses ressources utiles sur le site du réseau Hortus.


Dès maintenant, nous tous pouvons agir. D’abord en mettant en oeuvre son jardin, ensuite en faisant passer le message. Chacun de nous peut en parler à ses voisins, à ses amis, à sa mairie, à son école.

  • Photo d’illustration : une courtilière (grillon-taupe) à la ferme des Simples.


Les bonnes fontaines

En Limousin, les fontaines ont été l’objet d’un culte qui perdure encore aujourd’hui. Christianisé au Moyen Age, ces pratiques thérapeutiques reposent sur une praticienne, la recommandeuse. Consultée en cas de maladie, elle indique par divination quelle fontaine propitiatoire doit être invoquée. Les malades se rendent alors au lieu prescrit où ils effectuent un rituel et laissent sur le site un linge ou un objet ayant été en contact intime avec la partie malade de leur corps. Il peut sembler alors assez étrange, au détour d’une balade dans la forêt, de tomber nez à nez avec un arbre orné de culottes, de chemises voire même de brosses à dents. L’une des plus connues de ces fontaines les plus connues se trouve juste à quelques kilomètres de la Ferme des Simples, sur la commune de Cussac. Consacrée à St Jean, elle est fêtée chaque année lors du solstice d’Été.

Les platanes de Peyrassoulat

Le site de Peyrassoulat est un bel objectif de balade à travers bois et champs à partir de la ferme des Simples. S’il ne reste plus qu’un pan de mur de l’ancien moulin de forge au bord de la Tardoire, vous ne pourrez rester insensibles à la majesté de deux énormes platanes qui comptent 350 ans au compteur. Juste à côté, moins impressionnant mais plus mystérieux, un if de 500 ans. Comptez de deux à trois heures aller/retour.