Révolutions botaniques

Malheureusement, certaines révolutions passent parfois inaperçues. L’une d’entre elles, et pas des moindres, concerne la botanique, ou plutôt la biologie végétale. Depuis Aristote, nous avions tendance à considérer la plante comme non animée, à peine vivante. Et voilà que depuis trente ans, les découvertes ne cessent de bouleverser cette représentation antique : nous cousines végétales seraient douées de toute une palette de sens, toucher, olfaction, ouïe, vue, en plus d’autres sens qui dont nous sommes dépourvus. Mieux encore, elles sont capables de prendre des décisions, de se souvenir et de construire des stratégies, des alliances, des symbioses, et même de reconnaître leur progéniture.

Pour approfondir le sujet, nous vous proposons une petite sélection d’articles pour mieux comprendre cette révolution.

Francis Hallé explique l’intelligence des plantes avec son humour et sa finesse coutumière
Une interview de Francis Martin, spécialiste des symbioses mycorhiziennes

La ferme des Simples bourdonne d’activités

Pour regarder les photos en mode diaporama, cliquez sur n’importe quelle image.

Un mois de mai bien animé

Alors que fleurissent les champs et les forêts, la Ferme des Simples bourdonne d’animations. Balades-salade, animation Petites bêtes à tous les étages avec Sandra Leboutet, balade contée sur le thème des oiseaux dans la tradition limousine avec Jean-François Vignaud, nous voilà bel et bien dans le vif de notre sujet : vivre naturellement, simplement, savourer notre belle Terre limousine.

Nous avons également eu l’honneur de bénéficier d’un prêt à taux zéro de la part des Cigales de Saint Junien. Les Cigales sont un regroupement de citoyens qui mutualise leur épargne afin d’aider des projet locaux et écologiques. Leur 3000 € nous aideront bien pour financer l’aménagement du séchoir à plantes et du labo de transformation.

Enfin, nous avons eu le plaisir de recevoir plusieurs wwoofers qui nous ont aussi bien aidé à avancer nos projets sur le terrain. Merci à Alexis, Claire et Sammy, mais aussi à Shirley et Richard.

Printemps 2019

C’est le printemps viens-t’en Pâquette
Te promener au bois joli
Les poules dans la cour caquètent
L’aube au ciel fait de roses plis
L’amour chemine à ta conquête

Mars et Vénus sont revenus
Ils s’embrassent à bouches folles
Devant des sites ingénus
Où sous les roses qui feuillolent
De beaux dieux roses dansent nus

Viens ma tendresse est la régente
De la floraison qui paraît
La nature est belle et touchante
Pan sifflote dans la forêt
Les grenouilles humides chantent.
Guillaume Apollinaire.

Les bonnes fontaines

En Limousin, les fontaines ont été l’objet d’un culte qui perdure encore aujourd’hui. Christianisé au Moyen Age, ces pratiques thérapeutiques reposent sur une praticienne, la recommandeuse. Consultée en cas de maladie, elle indique par divination quelle fontaine propitiatoire doit être invoquée. Les malades se rendent alors au lieu prescrit où ils effectuent un rituel et laissent sur le site un linge ou un objet ayant été en contact intime avec la partie malade de leur corps. Il peut sembler alors assez étrange, au détour d’une balade dans la forêt, de tomber nez à nez avec un arbre orné de culottes, de chemises voire même de brosses à dents. L’une des plus connues de ces fontaines les plus connues se trouve juste à quelques kilomètres de la Ferme des Simples, sur la commune de Cussac. Consacrée à St Jean, elle est fêtée chaque année lors du solstice d’Été.

Les platanes de Peyrassoule

Le site de Peyrassoule est un bel objectif de balade à travers bois et champs à partir de la ferme des Simples. S’il ne reste plus qu’un pan de mur de l’ancien moulin de forge au bord de la Tardoire, vous ne pourrez rester insensibles à la majesté de deux énormes platanes qui comptent 350 ans au compteur. Juste à côté, moins impressionnant mais plus mystérieux, un if de 500 ans. Comptez de deux à trois heures aller/retour.

Premières récoltes

Sitôt arrivés, sitôt servis. Quel bonheur et quel privilège de pouvoir récolter 100 kg de châtaignes, 1/2 tonne de pommes et 10 kg de noix une semaine après notre arrivée. Heureuse surprise : les ceps de vigne plantés sont de la variété Noah. Ce bon goût d’interdit nous évoque le jardin d’Eden. Quelques préparations plus tard, voilà le cellier rempli : soupes et crèmes de châtaignes, conserves, compotes, jus de pomme (quel délice ! on croirait boire la pomme !). Nous voilà presque parés pour l’hiver. On savoure mais on fera encore mieux l’année prochaine !